DANS L’ŒIL DE YOHANN LIBOT, MASSILIA CIVITAS !

Marseille regorge de talent. Yohann Libot en fait partie. Après avoir commencé sa vie dans le nord de la France, il est tombé amoureux de notre belle ville en réalisant un reportage. Amoureux de la belle lumière, du beau sujet et surtout du noir et blanc, il peaufine son œil pour nous proposer des séries entre portait, voyage et musique. Un passionné aux multiples facettes qui sort aujourd’hui un livre qui présente Marseille, ses qualités, ses défauts, son Marseille à lui, celui de Yohann Libot, celui qu’il aime.

Véritable globe-trotter, il parcourt aujourd’hui le monde en lui apportant une vision argentique, avec du grain, des imperfections et du vrai. Je me suis permis de lui poser quelques questions et je te conseille de jeter à son Instagram pour suivre son parcours ses travaux : ça vaut le détour ! Dans l’œil de Yohann Libot, c’est juste en dessous !



Salut Yohann, j’espère que tu vas bien ?

Hey salut Yohann ça va très bien je te remercie

C’est quoi ton parcours ? Parle-nous de toi ?

Question difficile que de parler de soi ! Je suis passionné de photo depuis toujours, depuis que mon grand-père m’a laissé jouer avec son appareil photo alors que j’avais 4-5 ans. J’ai ensuite suivi un parcours scolaire classique, pour terminer par un MBA en marketing de la mode. La photo a toujours été présente dans ma vie même si pendant de longues années nous nous sommes perdues de vue, je me suis acheté un boîtier en 2006 et n’ai cessé depuis de prendre tout ce qui m’entoure en photos, je suis passionné par les instants, les moments de vie. Plus généralement j’aime tout ce qui touche à l’image, mangas, clips vidéo, films, street art… Les voyages aussi sont importants personnels comme professionnels.

Est-ce que tu te souviens de ta première photo ?

Sûrement des fleurs, je crois que c’était ce qu’il y avait de plus simple à capturer!

C’est un reportage qui t’a donné l’envie de venir à Marseille, tu nous en dis plus ?

C’est personnel en fait, il y a quelques années ma vie était à Paris, j’ai tout simplement rencontré une fille marseillaise d’origine qui voulait retourner vivre dans le sud, je l’ai suivi, entre temps nous nous sommes séparés, mais j’étais définitivement tombé amoureux de Marseille, des Marseillais, de l’ambiance, de son architecture…

Musique, portrait, paysage, tu préfères prendre quel type de clichés ?

Tout ! Je n’ai pas de préférence, j’aime juste capturer ma vie, ce que j’aime, ce que je vois, c’est d’ailleurs pour ça que mon portfolio est large, je crois que je ne saurais jamais me consacrer à un type de clichés.

Pourquoi t’être focalisé sur le noir et blanc ?

Mes toutes premières photos avec mon grands-père étaient en noir et blanc avec beaucoup de grains, elles m’ont toujours parues plus vraies, plus authentiques, fortes… J’ai fait de la couleur un temps, mais au final j’ai toujours trouvé mes images plus fortes, plus impactantes en noir et blanc, depuis j’ai fait un choix et ne travaille qu’en noir et blanc.

Tu as exposé dans pas mal d’endroits du monde, quelle est la ville dans laquelle tu as eu le meilleur retour sur ton travail ?

Au Canada, Montréal et Ottawa, les gens sont à mon sens plus réceptifs à l’art en général et à la photographie, j’ai eu la chance de travailler avec des personnes passionnées et cela s’est ressenti aussi dans le public lors des vernissages, on sentait que les gens avaient un réel intérêt pour les oeuvres exposés, une plus grande curiosité que j’ai moins vue dans d’autres lieux. Après les thématiques étant différentes, le choix des photos aussi, cela joue également.

20h14 blog lifestyle blogger yohann libot photographe

20h14 blog lifestyle blogger yohann libot photographe
Tu viens de sortir un livre “Massilia Civitas“ tu nous en parles ?

Oui, courant avril en effet, je voulais faire un livre qui soit représentatif du Marseille que j’aime, de ses qualités, des ses aspérités, sortir un peu de ce que les gens hors Marseille dépeignent de la ville, j’ai donc essayer de montrer mon Marseille en un peu plus de 40 photos, ce fut un choix compliqué, mais qui est fidèle à Marseille.

J’ai appelé ce projet Massilia Civitas afin de revenir aux fondements de la ville, à ses armoiries.

Où est-ce qu’on peut le trouver ?

À l’heure actuelle il n’est disponible qu’en ligne seulement, j’espère pouvoir être distribué prochainement surtout à Marseille, mais ça n’est pas encore le cas… Du coup tout se passe sur mon site.

C’est quoi ton réseau préféré pour publier ton travail ?

Instagram c’est devenu le premier réseau en termes d’image et je m’y sens à l’aise, ensuite 500px et EyeEm où l’on peut me retrouver via mon nom.

20h14 blog lifestyle blogger yohann libot photographe20h14 blog lifestyle blogger yohann libot photographe

Tu photographies Marseille sous tous les angles, qu’est-ce que tu aimerais voir changer et qu’est-ce que tu aimerais conserver d’intact dans la ville ?

Je trouve que Marseille continue de se développer après l’impulsion de « Marseille Capitale de la Culture », j’aime voir de plus en plus de galeries, de concept stores, d’évènements, Marseille commence à émerger de plus en plus, à se défaire de son image sulfureuse.

J’aime que la modernité se mélange avec des bâtiments historiques comme les docks et les terrasses du port, je crois que ce que je voudrais garder intact c’est la mentalité, l’ouverture d’esprits des marseillais, plus que quelque chose lié à l’architecture, j’aimerais évidemment que le panier reste tel qu’il est, que le cours Julien ne soit jamais nettoyer de ses oeuvres.

Tu nous parles de ton tour du monde photographique ? Tu as prévu de le faire en 80 jours ?

Cela faisait longtemps que je souhaitais partir, j’ai vécu à l’étranger déjà, mais là je voulais une expérience plus forte, me confronté à d’autres cultures, sortir de ma zone de confort… J’ai donc décidé de partir avec un sac à dos, sans destination précise, de me laisser le temps de découvrir les lieux, les habitants, de partager mes expériences avec d’autres voyageurs, de revenir sur mes pas également, donc comme tu l’auras compris 80 jours c’est court ! Actuellement je suis à Kuala Lumpur, je reviens de Perth, et ensuite je pars pour le sud de la Thaïlande. Vous pouvez-suivre mes déplacements sur mon blog.

Une photo que tu ne supportes pas d’avoir ratée ?

Oh il y en a beaucoup, je ne saurais répondre précisément, déjà lors de festival oui concerts je sais que j’ai raté des moments forts, mais bon..

La photo qui t’a le plus marquée ?

Trop dur de te répondre, je ne saurais choisir… désolé !

Si tu devais donner un conseil à un débutant ?

Ne suivre que son instinct, ne pas copier ou tenter de faire comme quelqu’un d’autre. Puis ne faire que ce qu’on aime, je vois trop de photographes faire un type de photos qu’ils n’aiment pas juste car cela marche en ce moment, à mon sens c’est le meilleur moyen de se dégouter de sa passion.

20h14 blog lifestyle blogger yohann libot photographe 20h14 blog lifestyle blogger yohann libot photographe 20h14 blog lifestyle blogger yohann libot photographe 20h14 blog lifestyle blogger yohann libot photographe 20h14 blog lifestyle blogger yohann libot photographe

Plus argentique ou numérique ?

Argentique, même si au final depuis mon départ pour ce tour du monde je ne travaille quasiment qu’en numérique pour plus de simplicité comme tu dois t’en douter !

Le matériel photo idéal pour toi ?

Il n’y en a pas, en soit je pense que peu importe le matériel le plus important c’est le moment, être toujours à l’affut du Moment ! Je travaille autant en numérique qu’à l’argentique, mais je peux tout aussi bien utiliser mon iPhone, une Go Pro ou mon drone… Pour ce qui est de mon Matos, Fujifilm XT-2 et plusieurs objectifs (50, 35 principalement, j’ai un 18-55 aussi), Yashica T5, Minolta SRT 201, Go Pro Hero 5, Dji Mavic et mon iPhone 7 Plus.

C’est quoi la suite pour toi ?

Continuer de faire ce que j’aime !

20h14 blog lifestyle blogger yohann libot photographe



En un mot ton Marseille…

Un quartier ?

Cours Julien, pour ses street art, son côté multiculturel, ses bars à tapas, le Baby !

Un lieu pour manger ?

L’authentique pour manger le meilleur burger de la ville

Un lieu pour faire la fête ?

Le rooftop des terrasses ou la friche en fonction de la programmation, comme dis un peu plus haut j’aime bien le Baby aussi !

Un lieu pour prendre l’apéro ?

Le poli

Un lieu touristique ?

La canebière !

Pour un premier drink ?

Le poli

Un cliché ?

« Ils boivent tous du pastis » ; J’avoue avoir cherché un peu car je déteste les clichés, mais je crois que celui-ci à la vie dure.

Un endroit pour s’évader ?

Les Goudes au bout de Marseille après la pointe rouge !

Marseille en un mot ?

Incomparable


Informations pratiques

Yohann Libot

Son Instagram

Son site avec e-shop




Label messager de la cité !

2014 blog marseille blogger blog marseille label

More from Yohann

ON FAIT QUOI CETTE SEMAINE #78

Comme tous les dimanches, je te fais une sélection des sorties marseillaises au...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *